Centre de chirurgie orthopédique et de chirurgie de la main
Dr Michel Christofilis, Dr Guillaume Robert, Dr Hadrien Giorgi, Dr Emilie Roustand

L’arthrose de l'épaule

Qu'est-ce que l'arthrose?

Au niveau de toutes les articulations l’os est recouvert d’un tissu lisse et légèrement élastique, le cartilage. Il permet aux os de s’articuler en réduisant les frottements.

L’arthrose est l’altération du cartilage et se traduit par des douleurs, une diminution des mouvements et un gonflement de l’articulation.

Les causes de l’arthrose sont multiples :

  • L’age : le cartilage s’use avec le temps comme n’importe quelles pièces mécaniques
  • Les fractures
  • Un mauvais fonctionnement de l’articulation : rupture de la coiffe des rotateurs, instabilité de l’épaule.
  • Certaines maladies détruisent le cartilage : maladies inflammatoires et rhumatismales (polyarthrite rhumatoïde…. )
  • Certaines maladies entraînent la mort du cartilage : maladies métaboliques (certains diabètes), maladies du sang ( anémie, hémoglobinopathies)
  • Des produits sont toxiques pour le cartilage : alcool, corticoïdes…

L’arthrose de l’épaule est plus rare ( 3% des arthroses) que celle de la hanche ou du genou car les contraintes sont différentes. L’articulation de l’épaule ne supporte aucun poids mais c’est l’articulation la plus mobile de l’organisme. Ainsi l’arthrose primitive de l’épaule est rare, elle est souvent secondaire ( cf causes supra) . L’arthrose de l’épaule est donc longtemps bien tolérée et touche plutôt les personnes âgées.

Douleurs

Elles sont mécaniques, elles ne surviennent que lorsque l’épaule bouge. Elles deviennent permanentes au cours de l’évolution de la maladie. Les antalgiques deviennent inefficaces.

Diminution des mouvements

Au début elle est secondaire aux douleurx puis elle est due à l’augmentation des frottements. Elle s’accompagne de craquements et de blocages.

Les examens complémentaires

De simples radiographies permettent de confirmer le diagnostic .

Pour l’épaule, un arthroscanner peut être utile pour juger de l’état de la coiffe des rotateurs qui est un élément décisif pour adapter le traitement.

Les traitements

Médical

Le traitement médical doit être systématique. Il comprend des antalgiques, des anti inlfammatoires. La rééducation permet de réduire les douleurs et de conserver une articulation mobile. Des infiltrations de produits anti inflammatoires ( maximum 2 ou 3 ) peuvent avoir un bon effet antalgique. Depuis peu, l’injection d’acide hyaluronique dans l’épaule est autorisée. Il s’agit d’un produit visqueux contenant le principal composant du liquide articulaire. Ce produit peut avoir un effet bénéfique prolongé sur les symptômes de l’arthrose.

Chirurgie arthroscopique

Lorsque l’arthrose est modérée mais que le traitement médical n’est plus efficace, un « nettoyage » de l’articulation peut être envisagé. Il se fait sous arthroscopie (chirurgie assistée par vidéo). Nous lavons l’articulation, nous retirons tout les débris osseux et cartilagineux, et tout les tissus inflammatoires. Cette intervention peut se faire en hospitalisation ambulatoire. Aucune immobilisation est nécessaire. Les effets de cette intervention ne sont que temporaires.

Prothése

Si, malgré les traitements habituels, les douleurs persistent, la mise en place d’une prothèse d’épaule peut être envisagée. Le principe de la prothèse est de remplacer le cartilage usé par une pièce mécanique afin de réduire les frottements, donc les douleurs et de redonner de la mobilité : Une sphère métallique est implantée dans l’humérus Une cupule en polyéthylène est implantée dans la glène de l’omoplate

Il existe différent type de prothèses. Chacun a une indication précise que nous déterminons en fonction de l’âge, de la cause de l’arthrose, de l’importance de l’arthrose, de l’état de la coiffe des rotateurs et de la qualité osseuse.

  • Les prothèses anatomiques :

Leur modularité permet de s’adapter à chaque cas particulier afin de rétablir l’anatomie initiale. La résection osseuse est minimale et nous conservons tout les tendons et muscles qui doivent donc être sains.

  • Les prothèses totale inversée :

Cette prothèse a une stabilité propre qui lui permet de fonctionner lorsque les tendons et les muscles de la coiffe des rotateurs sont rompus.

Les suites opératoires

Une hospitalisation de quelques jours est nécessaire.

Une immobilisation coude au corps est mise en place pour un mois.

La rééducation est débutée rapidement sous le contrôle d’un kinésithérapeute. Elle se déroule en trois phases :

  • PHASE I : Récupération compléte de la mobilité passive
                    (J0 à J30)
  • PHASE II : Réveil musculaire ( J30 – J60)
  • PHASE III : Renforcement musculaire

Comme pour toutes les pathologies de l’épaule la rééducation a un rôle primordial au même titre que le geste chirurgical. Une rééducation précoce, prolongée et bien coordonnée par le kinésithérapeute et le chirurgien est indispensable pour obtenir une bon résultat. Cette rééducation nécessite souvent une prise en charge dans un centre de rééducation lors du premier mois après l’intervention.

Les résultats

Des progrès très importants ont été réalisés depuis quelques années grâce à une meilleure compréhension du fonctionnement de l’épaule et à une amélioration des prothèses ( design, longévité). Les résultats des prothèses d’épaule sont difficiles à exposer de façon synthétique car ils dépendent de nombreux facteurs ( age du patient, cause de l’arthrose, type de prothèse).

Les prothèses d’épaule permettent une nette diminution des douleurs et une amélioration des mobilités. Par contre la force reste faible.

La littérature médicale rapporte que :

  • La douleur est nulle ou légère dans 90% des cas. 
 
  • La mobilité augmente de 50° environ pour la flexion de l’épaule ( lever du bras devant soi) pour atteindre 130° en moyenne. 
 
  • La force augmente peu ( 2 à 4 kg).
  • Les patients sont satisfaits du résultat dans 80 à 85% des cas.

Complications

La mise en place d’une prothèse d’épaule reste une intervention délicate et des complications surviennent dans 15 à 20 % des cas avec nécessité d’une nouvelle intervention dans 5% des cas. Les infections sont rares (0,5%) .Nous pouvons être confronté à des luxations ( 4%), des ruptures secondaires de la coiffe des rotateurs (4%), des douleurs persistantes, une diminution des mobilités ( capsulite), des lésions nerveuses.

Conclusion

Une prothèse d’épaule ne permet pas de retrouver une épaule normale comme c’est souvent le cas pour une prothèse de hanche. Mais elle assure une diminution voire une disparition des douleurs et une augmentation des mobilités. L’épaule devient à nouveau fonctionnelle.

Accueil | L’équipe médicale | La clinique | Chirurgie orthopédique | Votre prise en charge | ACTUALITES | Contact | Pathologies du membre supérieur | Pathologies du membre inférieur | Pathologies de la Colonne Vertébrale (Rachis) | Plan du site | Mentions légales | Liens utiles