Contact

Par téléphone :

04 91 61 45 27

Nous trouver :

Clinique Chanteclerc
240 av. des poilus

13012 Marseille 

Prendre rdv avec :

Les ménisques sont à l’origine de nombreuses douleurs du genou dont le traitement diffère en fonction de l’âge et de la nature de la lésion. L’intervention n’est pas systématique

Dans le genou, il y a deux ménisques : le ménisque médial (interne) et le ménisque latéral (externe).

Ils ont un rôle de transmission des contraintes entre le fémur et le tibia (petits amortisseurs). Ils jouent également un rôle de stabilisation de l’articulation avec le ligament croisé antérieur (LCA) Ils permettent ainsi aux os de bien s’emboiter et de bien glisser entre eux, évitant ainsi une usure prématurée du cartilage.

Une lésion méniscale est une fissure ou une déchirure dans le corps du ménisque.

On distingue 2 situations différentes :

  • Dans le cas le plus fréquent, la lésion apparait avec l’âge et est liée à l’usure normale du genou. La lésion se développe sur plusieurs années sans facteur déclenchant. Elle occasionne des blocages, des douleurs, des gonflements parfois des sensations d’instabilité. Des lésions cartilagineuses peuvent être associées et participer à la symptomatologie.
  • Plus rarement, la lésion apparait après un traumatisme du genou. Il s’agit d’une déchirure franche et nette du ménisque. Ce type de lésion se retrouve chez les patients plus jeunes. Parfois une partie du ménisque peut se détacher et migrer dans l’articulation jusqu’à être responsable d’un blocage.    


Diagnostic

L’examen de référence est l’IRM. Il va permettre d’analyser le type de lésion ainsi que sa localisation.

L’examen clinique est indispensable : il cherchera une douleur à la palpation de l’interligne articulaire, un épanchement, une limitation des amplitudes articulaires.

Les radiographies permettront d’évaluer l’état général de l’articulation et de son usure mais ne permettent pas de voir les ménisques.    


Intervention  

En cas de lésion dégénérative c’est-à-dire d’usure du ménisque, le traitement médical est proposé en premier avec la prescription d’anti-douleur et des anti-inflammatoires. Les infiltrations de corticoïdes (sous échographie) autour des ménisques, ou de gel à l’intérieur de l’articulation (acide hyaluronique : viscosupplémentation) permettent le plus souvent de contrôler les symptômes.

Si la gêne persiste, la chirurgie est à envisager. La lésion n’a aucune chance de cicatriser. La partie abimée du ménisque est enlevée sous arthroscopie : on pratique une méniscectomie partielle.  

En cas de lésion traumatique chez un patient jeune ou en cas de blocage méniscal, le type de lésion peut faire espérer une cicatrisation. Il est logique de proposer une intervention rapide pour réparer le ménisque. L’intervention n’est cependant pas urgente et peut souvent être différée. Le geste proposé est alors une réparation méniscale par arthroscopie : suture méniscale. Dans de rares cas, la suture est impossible on réalise alors une méniscectomie à minima.  

L’arthroscopie permet de travailler à l’intérieur de l’articulation par 2 petites incisions à l’avant du genou, une pour passer une caméra, et l’autre pour passer des instruments miniaturisés. La taille des incisions est ainsi diminuée ce qui facilite la récupération, raccourcit la durée d’hospitalisation et diminue le risque d’infection.  


Les suites

L’intervention se déroule en chirurgie ambulatoire. L’appui est autorisé après l’intervention avec l’aide de béquilles. Il n’y a pas de plâtre ou d’attelle après l’intervention. En cas de suture du ménisque, la flexion sera limitée initialement pour favoriser la cicatrisation.

La rééducation et la reprise des activité se fera en fonction du geste réalisé (ménisectomie ou suture). La reprise des activités sportive se fait progressivement à partir du 2ème mois post opératoire.  


Résultats

L’objectif de l’intervention est la disparition des blocages des gonflements et des phénomènes d’instabilité. La disparition des douleurs peut être plus longue et va dépendre de l’existence de lésions cartilagineuses pré existantes.

Après une ménisectomie, l’arthrose peut se développer à long terme en fonction de l’état du cartilage et de l’importance de la lésion méniscale initiale.

Après une suture méniscale la cicatrisation peut être longue (plusieurs mois) et n’est pas systématique. En cas d’échec, la gène peut réapparaitre ce qui justifiera une nouvelle arthroscopie pour réséquer la partie non cicatrisée du ménisque. La suture en première intention est cependant justifiée car les chances de cicatrisation sont de l’ordre de 60% pour un ménisque interne et de 75% pour un ménisque externe.  


Les risques et complications

L’arthroscopie fait baisser significativement le risque de complication.

Cependant comme pour toute intervention chirurgicale il existe des risques :  

  • Raideur articulaire
  • Persistance des douleurs
  • Infection articulaire et retard de cicatrisation
  • Hématome
  • Phlébite
  • Algodystrophie

Vous en discuterez lors de la consultation.



Les dernières actualités du centre
27/10/2021
Réalité augmentée NextAr / Learning center Medacta

Le 27 octobre sera présent sur le parking de la clinique Chantecler un camion venu des Etats Unis en tournée européene. Il servira de learning center pour présenter la nouvelle technologie NextAr permettant de… Lire la suite

13/09/2021
Conférence PTH par voie antérieure FFMKR13

Soirée FFMKR13 Post Graduate : Conférence sur la PTH par voie antérieure par le Dr Iglesias Date : Le 21 Septembre 2021  Lieu : Les Docks Village Lire la suite

01/09/2021
Informations COVID & Rendez-vous

Le pass sanitaire n'est pas obligatoire pour entrer dans le bâtiment de consultation. Il reste obligatoire pour avoir accès à la clinique, aux services d'hospitalisations, de radiologie. En cas d'intervention… Lire la suite

Nous contacter
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide